Rétro SCO Angers

LE PÉLERINAGE DE VELIB0R VAS0VIC

Angers, 9 décembre

DIRE que la venue de Paris Saint-Germain à Angers constitue un événement serait mentir. Il faut bien regarder les choses et les chiffres en face. Les footballeurs du S.C.O. évoluent actuellement en Anjou dans la plus totale indifférence. Devant Rennes, samedi soir, il y eut à peine plus de 2.500 spectateurs. Dérisoire ! C'est à peu près la moyenne d'affluence enregistrée par les meilleurs clubs de troisième division. Il est vrai que dans la capitale, toutes proportions gardées, le Paris Saint-Germain connaît les mêmes problèmes.

Tout cela, sans vouloir faire les éternels pessimistes, n'est tout de même pas de bon augure. Il est vrai que ces problèmes ne datent pas d'aujourd'hui. Les professionnels angevins ont toujours déploré le peu d'empressement de leurs supporters à les soutenir à l'occasion de rencontres ne pouvant être considérées comme des affiches. C'est dommage. Surtout au moment où la Municipalité fait construire une tribune de 6.000 places assises, et supprime la piste d'athlétisme du stade Jean-Bouin afin que le public soit beaucoup plus près de ses joueurs.

Oublions cette rencontre totalement insipide de l'autre soir à Angers où toutefois - pour les réalistes, ce n'est pas négligeable - le S.C.O. a mis deux nouveaux points dans son escarcelle.

Ce nouveau match à domicile contre les Parisiens de Daniel Hechter est pris très au sérieux par Aimé Mignot qui n'oublie pas que la dernière rencontre de la poule aller conduira son équipe à... Lyon.

Une bonne nouvelle quand même : le stratège yougoslave Vili Amersek devrait répondre présent. On lui donne 90% de chances de jouer. Le S.C.O. aura bien besoin de sa nouvelle recrue pour ordonnancer le jeu au milieu du terrain. Vasovic, on s'en doute, est fort bien placé pour savoir que l'attaque du S.C.O. n'est pas le point fort de la formation angevine. L'année derrière, alors qu'il était le patron du S.C.O., il avait tenté moultes formules pour épauler Marc Berdoll avec qui pourtant il n'avait pas beaucoup d'atomes crochus.

UN CHANGEMENT DE MENTALITES

En Anjou, Vasovic a laissé une impression très controversée. Ses détracteurs, et ils furent nombreux, rappelleront que sa venue en milieu de saison 74-75 n'a pas empêché le S.C.O. d'être, quelques mois plus tard, relégué.

Et l'année dernière, s'il parvint à replacer les Angevins au sein de l'élite. Il faut bien convenir que l'opposition fut pratiquement inexistante.

Par contre, au crédit de l'actuel entraîneur de P.S.-G., il faut admettre qu'il a précipité un changement des mentalités : il a tenté de tout faire pour « professionnaliser » au maximum tous les joueurs angevins. Implacable avec la discipline, dur dans les entraînements, il a en Anjou instauré une nouvelle rigueur. Peut-être d'ailleurs que si le S.C.O. parvient actuellement tant bien que mal à maintenir en surface, c'est grâce à l'influence passée de Vasovic. Cela aussi, il fallait le dire...

Alain BOUEDEC


Vélibor VASOVIC, l'entraîneur parisien, effectuera un « retour aux sources » à l'occasion du match que ses joueurs livreront contre le S.C.O., premier club qu'il entraîna en France.

Bah moi, je l'aimais bien Velibor Vasovic. Article But. Scan cris72.


Main Menu