Rétro SCO Angers

Le S.C.O. et la querelle du hors-jeu

NIMES (de notre envoyé spécial). — Pendant une heure et quinze minutes les Angevins crurent pouvoir réaliser une excellente opération en obtenant un point sur le terrain gardois.

Leur espoir s'évanouit à la suite de deux réalisations nîmoises plutôt suspectes. Sur la première action, c'est indéniable, Boisrond, seul devant Fouché, se trouvait en position de hors-jeu.

Sur la seconde, il est plus difficile d'être ferme.

Ces coups du sort furent déterminants quant au succès remporté par une équipe nîmoise jeune, vaillante et qui a su troubler l'épine dorsale angevine : Fouché, Boskovic, Ferri, Edwige et Cassan.

Une splendide accélération du jeune ailier franco-espagnol Lozano, transformée de près par Boyron, a valu aux Nîmois de rentrer aux vestiaires avec 1 but d'avance.

Cet avantage ne se justifiait pas. Car, pendant 45 minutes, les Angevins se montrèrent plus souvent maîtres du ballon et beaucoup mieux organisés. Cependant, la faiblesse et le manque de puissance des offensives du S.C.O. furent à l'origine de cette inefficacité.

A Nîmes, on joue toujours un peu plus sec et on opère avec vigilance lorsque l'adversaire arrive dans un rayon de 25 mètres auprès des buts. Sans cette vigueur dans l'intervention de Mith, d'une part (18e minute) à l'encontre de Brulez et de la Sanlaville (32'), aux dépens de Ferri, deux Angevins seraient rentrés seuls balle au pied dans les 18 mètres.

Les coups-francs accordés par l'arbitre ne donnèrent rien tant les Nîmois savent faire front sur les balles brûlantes. Leur avance fut le produit d'une contre-attaque incisive. Déjà le petit Lozano avait donné des sueurs froides par sa vitesse de course à Brucato, mais ce fut Moretti qui s'avéra en définitive le plus dangereux pour Fouché en décochant deux splendides shoots que Fouché détourna avec peine (17' et 33').

Regrets donc pour Angers qui, en l'espace de 3 minutes, s'offrit deux occasions de buts grâce à l'esprit de décision de sa jeune recrue Barthélémy (1' et 3'), mais, qui, cette fois, ne parvint pas à marquer.

EDWIGE DANS LA TOURMENTE

Paradoxe du football : c'est dans les moments où Angers connut le plus grand effroi qu'il égalisa. Ce qui peut se considérer également comme un juste retour des choses sur le vu de la première période. Edwige fut l'auteur de ce but inattendu en profitant d'un joli lob de Barthélémy qui l'avait sollicité (59').

A vrai dire, personne ne croyait plus à ce retour. Pendant un quart d'heure, Fouché fut mis aux abois par les tireurs d'élite nîmois : Boyron (46e minute) sur l'extérieur du poteau, Moretti (47e, 52e et 63e minutes), Delamorre (47e) sur un centre travaillé.

Et le but angevin chauffait véritablement au terme d'une infiltration de Samuel, lorsque Brucato dégagea acrobatiquement son camp. Cette intervention aboutit à la réalisation de Edwige. Comme quoi l'illogisme règne souvent sur les terrains de football. L'égalisation coupa littéralement les jambes des Nîmois et redonna confiance aux Angevins qui reprirent leur circulation intelligente du ballon.

UN BUT NIMOIS IRRÉGULIER

Le S.C.O. crut donc au partage des points pendant un bon quart d'heure. Et puis, une montée offensive de Boissier redressée par Lozano, aboutit à la tête de Boyron, pratiquement sur la ligne de but. De la tête le meilleur joueur nîmois de la soirée battit sans difficulté Fouché, mais, indéniablement, ce but n'était pas valable. Pourtant M. Besory, fort près de l'action, le valida sans peine.

Nîmes, en regain de confiance, essaya alors de creuser l'écart, tandis que le jeu perdait de sa clarté pour laisser place à des actions sporadiques de chaque côté.

Fatigués et aussi amères de cette décision de l'arbitre, les Angevins se laissèrent prendre une nouvelle fois, dans les ultimes minutes, par une rapide transversale qui trouva Dussaud absolument démarqué. Tellement démarqué qu'une fois encore les Angevins crièrent au hors-jeu. Mais, après que le jeune attaquant nîmois eut expédié le ballon hors de portée de Fouché (88e minute).

Michel BIHAN.

NIMES. — Orlanducci ; Boissier, Mith, Sanlaville, Kabile, Moretti, Samuel, Boyron ; Dussaud, Lozano, Dellamorre ; Douzième homme : Champ ; treizième homme : Sabatier.

ANGERS. — Fouché ; Citron, Boskovic, Brulez, Brucato ; Cassan, Ferri, Edwige, Lech ; Barthélémy, Augustin ; Douzième homme : Baudry.


Article OUEST-FRANCE et feuille de match FRANCE FOOTBALL. Scans de cris72.


Main Menu